Le cours du Ripple peut-il atteindre 100 euros ?

Alerte spoiler : Probablement pas. Si l’on examine la structure du Ripple, on constate qu’il est peu probable que le cours du Ripple connaisse des hausses trop importantes.

Quel trader ne connaît pas ces regards enthousiastes dans la boule de cristal : le Ripple atteindra 100 euros en avril, la barre des 1000 sera franchie l’année prochaine ! Le contraire de FUD est HEC : Hype, Enthousiasm and Certainty. On se laisse alors emporter par le battage publicitaire, l’enthousiasme et la certitude (trompeuse) aussi vite que par son adversaire. Mais dans le cas du Ripple, plusieurs raisons s’opposent à une hausse trop rapide des cours. Cela commence par la quantité de XRP en circulation.

Pourquoi y a-t-il autant de XRP ? Avec 38, 7 milliards de XRP, la quantité de jetons Ripple en circulation est plus de 2000 fois supérieure à celle du Bitcoin. De plus, le Ripple a encore quelques tokens en réserve (pour être plus précis, environ 61,4 milliards).

Cette grande quantité de tokens existants est due aux cas d’utilisation prévus. Le Ripple ne s’adresse pas à l’utilisateur final, comme le Bitcoin. Elle s’adresse aux entreprises telles que les chaînes de services de paiement, les institutions financières et les banques. XRP, la monnaie elle-même, est plutôt un prestataire de services qu’un moyen de paiement : elle transfère toutes sortes de valeurs.

L’infrastructure du réseau permet en outre de sécuriser 1 500 transactions par seconde. Ripple est donc un réseau qui veut garantir des transactions rapides. Les utilisateurs paient ensuite une taxe pour l’exécution des transactions, mais celle-ci n’est pas directement collectée, les jetons XRP sont plutôt détruits.

Pseudo-décentralisation

Par le passé, l’entreprise a régulièrement fait l’objet de critiques – ainsi, sur un contingent total de 100 milliards de jetons, plus de la moitié, soit 61,4 milliards, était entre les mains des développeurs. Selon leurs propres dires, ils les ont retenus afin de garantir la liquidité, la confiance et l’applicabilité.

Pour mieux garantir cela, ils ont introduit à la fin de l’année dernière un système d’escrow. Ils ont ainsi déposé dans ce que l’on pourrait appeler un « bunker numérique » la somme de 55 milliards de XRP. Ils les ont à leur tour divisés en 55 paquets, dont ils distribuent au maximum un par mois. Entre autres pour compenser les Ripple brûlés (qui ne représentent toutefois qu’une fraction minime de la quantité totale), mais aussi pour créer des incitations pour de nouveaux investisseurs. Tous les XRP non utilisés à ces fins sont réinjectés dans le système Escrow et conservés pour plus tard.

Le cours du Ripple atteindra-t-il un jour 100 euros ? En raison des cas d’utilisation prévus et pour garantir un degré élevé de liquidité et donc de stabilité, le réseau Ripple a donc besoin d’un volume élevé de jetons. Et c’est précisément ce point qui rend très improbable une hausse du cours du Ripple à 100 euros. (Sans parler de la possibilité d’une inflation).

Que devrait-il donc se passer pour qu’un Ripple vaille 100 euros ?

Quelques calculs simples s’imposent.

Au moment de la publication, près de 38,7 milliards de XRP circulent à un prix de 1,01 euro, la capitalisation boursière est de 39,1 milliards d’euros.

Avec un prix de 100 euros par Ripple, nous serions à une capitalisation boursière de 3,8 billions (soit 12 chiffres après le 3). Cela représente environ 25,5 fois la masse monétaire de la capitalisation boursière actuelle du bitcoin.

En d’autres termes, pour qu’un prix de 100 euros pour le Ripple soit possible, il faudrait que toutes les crypto-monnaies actuellement cotées mettent leur masse monétaire dans un pot et la multiplient par 8 afin de fournir suffisamment d’euros pour payer tous les Ripple existants. C’est peu probable.

Conclusion

C’est donc surtout l’applicabilité liée à l’infrastructure du réseau qui rend improbable des hausses de cours trop importantes. Enfin, Ripple est en concurrence avec les processeurs de paiement courants comme Visa & Co, en garantissant des frais de transaction peu élevés. Comme ceux-ci sont calculés à partir du cours, il n’est pas dans l’intérêt de Ripple de le faire grimper. En distribuant des tokens supplémentaires, ils peuvent éviter cela. En outre, c’est finalement le rapport entre la quantité de tokens en circulation et la capitalisation du marché qui permet d’envisager les choses de manière réaliste.

On peut donc se demander quelles sont les perspectives réalistes. Si le Ripple se hissait à la première place en termes de capitalisation boursière et rattrapait le Bitcoin, la capitalisation boursière du Ripple devrait être multipliée par 3,8. Le cours du Ripple s’élèverait alors à 3,88 euros.

Avatar
Alphonse
Analyste financier et modélisateur mathématique, avec une expérience avérée dans la recherche. Compétent dans la gestion des risques financiers, les prévisions, l'allocation stratégique d'actifs, les produits dérivés, et passionné par le trading, avec une formation en astrophysique.

Autres Articles

Derniers Articles